La chirurgie de la mâchoire au service de notre santé.

Rééquilibrer l’harmonie d’un visage après un traumatisme ou l’échec d’un traitement orthodontique.

Afficher de belles dents n’est pas suffisant, si un travail préalable n’a pas été effectué sur une mâchoire mal positionnée.

La chirurgie de la mâchoire a considérablement évolué au cours de ces dernières années, et permet de rééquilibrer des désordres parfois spectaculaires, qu’ils soient dûs à un traumatisme, d’un accident de la route par exemple,  à une malformation de naissance comme la fente palatine, plus communément appelée bec-de-lièvre, ou tout simplement à l’échec d’un traitement orthodontique, alors que la croissance est déjà terminée et que l’os ne peut plus être travaillé autrement que chirurgicalement.

L’équilibre esthétique d’un visage dépend essentiellement du positionnement des mâchoires. Le cas le plus fréquemment rencontré de béance est du à une fuite du menton vers l’arrière, fréquemment associé à un déséquilibre de croissance entre la mâchoire supérieure et la mâchoire inférieure. Ainsi, un enfant qui suce  les premières années de sa vie son pouce ou ses doigts va ralentir la croissance de sa mâchoire supérieure, et provoquer ainsi  une béance parfois importante au point de générer des problèmes d’apnée du sommeil à l’âge adulte. La difficulté à garder la bouche fermée, notamment en dormant, génère une production de salive plus importante, et peut accélérer le processus de déchaussement des dents et de gingivites. On comprend alors la nécessité de traiter ce problème le plus rapidement possible, avant que des désordres plus graves ne s’installent.

L’orthodontie voit son efficacité limitée par l’arrêt de la croissance et le manque de malléabilité de l’os de la mâchoire. La chirurgie de celle-ci devient alors un passage obligé si on ne veut pas être conduit plus tard à voir  toutes ses dents se déchausser, et devoir recourir à une chirurgie très lourde, avec la pose d’implants  dentaires,  parfois pour la totalité des dents!

Mais, comme toute chirurgie, la chirurgie dentaire n’est pas exempte de risques associés. Ainsi, à titre d’exemple, le risque de toucher le sinus est désormais limité grâce à l’utilisation d’outils de plus en plus performants et d’une technique d’abrasion de l’os qui permet d’éviter tout danger, grâce à une précision toujours plus grande.

Des visages disgracieux se voient ainsi considérablement transformés, et le patient peut enfin mener une vie normale, devant même parfois s’habituer à sa nouvelle physionomie, exactement comme dans toute chirurgie esthétique traditionnelle.

Mais de telles interventions sont loin d’être anodines, et il convient de se renseigner préalablement sur tous les risques qu’elles peuvent comporter, au même titre que les améliorations apportées à la vie quotidienne.

Le site ascbmfq a été conçu dans ce but et saura vous apporter les informations indispensables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *