3 pièges à éviter quand vous achetez un terrain à bâtir

Réglementations d’urbanisme, normes environnementales, éléments financiers et préférences, les critères à vérifier quand vous voulez acheter un terrain sont nombreux. Et il n’est pas rare de commettre une erreur ou de tomber dans le piège !

Ne pas vérifier la nature du sol

Pour pouvoir construire votre habitation sur un terrain, il doit avant tout être constructible et viable. Ce sont les premiers éléments à vérifier, en particulier s’il s’agit d’un terrain isolé (un terrain en lotissement est déjà constructible et viable). Mais on oublie souvent de vérifier la nature du sol, alors qu’il s’agit d’un facteur qui détermine en grande partie les possibilités et limitations de construction.

Un sol trop argileux par exemple est à éviter, car plus sensible aux changements de températures. Ainsi, des travaux supplémentaires peuvent être nécessaires en fonction de la nature du sol. Il faudra bien rigidifier les fondations si le terrain est sensible au gel, renforcer l’encadrement des ouvertures pour un terrain souple ou encore effectuer une dépollution si le terrain est pollué.

En plus de la nature du sol, il faudra également considérer sa configuration et son orientation. Tous ces éléments influencent les techniques de construction par la suite.

Négliger la localisation et l’entourage

Le bon terrain doit se trouver dans le bon endroit. En effet, la localisation est un élément-clé dans le domaine de l’immobilier, quelle que soit la destination du projet (habitation, location, commerce, etc.).

Sur le site edifides-immobilier.fr, vous retrouverez différentes offres de terrains à bâtir à Caen et dans le Calvados. Pour chaque terrain, vous trouverez quelques informations essentielles ainsi qu’une image satellite qui indique la localisation exacte du terrain. Cela offre déjà une idée, mais il est important de visiter le terrain plusieurs fois si possible pour bien l’étudier.

Vous devez vérifier que l’emplacement du terrain répond à vos besoins et à votre mode de vie : en ville ou en campagne, proximité par rapport aux établissements et services publics, proximité par rapport au lieu de travail, disponibilité des transports, etc. Vous devez également vérifier s’il y a des nuisances tels un chemin de fer, une route très fréquentée ou même un aéroport, et s’il y a des risques naturels comme les inondations et les tremblements ou encore des risques technologiques.

N’oubliez pas aussi de vérifier les possibilités de construction dans l’entourage. Imaginons par exemple que vous avez bâti une maison avec un jardin et qu’un grand immeuble est construit en face après !

Sous-estimer les frais

Il ne s’agit pas seulement du prix de vente du terrain, mais de tous les frais qui seront engendrés depuis l’acquisition du terrain à la finalisation de votre maison. Vous devez même prendre en compte les frais de vie (transport, accès aux réseaux publics, etc.), parce qu’il serait dommage de construire enfin sa maison de rêves et de ne pas pouvoir y vivre. Autrement dit, vous devez mettre en place un budget global qui comprend le prix du terrain, les frais de construction, les frais de raccordement, les frais d’aménagement extérieur, les frais notariés, la taxe locale d’équipement, etc.

Renseignez-vous également sur les impôts fonciers et la taxe d’habitation. Et avant tout cela, il faudra se renseigner sur les prix du marché pour saisir la bonne affaire. Si vous avez besoin d’assistance dans votre projet, vous pouvez demander l’aide d’un promoteur immobilier sur edifides-immobilier.fr.

Pour éviter donc de faire une « mauvaise affaire », il faudra prendre en considération tous les critères qui s’imposent et être patient et vigilant. La présence d’un expert du domaine vous saura sûrement d’une grande aide.