Les pâtisseries algériennes

Grâce à ses sources diverses, la pâtisserie algérienne séduit par ses couleurs, ses détails, sa finesse et sa diversité. La tendance actuelle est à la modernisation des  compositions pour satisfaire des cibles, de plus en plus exigeantes. Malgré son ouverture, les petits fours constituent l’essentiel du répertoire de la pâtisserie algérienne.

Les influences

Certes, la pâtisserie algérienne est née des pratiques culinaires ancestrales de ses anciennes villes, mais il faut reconnaître qu’elle a été aussi influencée par celles de l’empire ottoman,  de l’Andalousie et du Moyen-Orient. Ce mélange de sources lui vaut d’être appréciée par des publics de divers horizons, surtout après un bon couscous.

Les petits fours et les couleurs

La pâtisserie algérienne dispose d’un nombre important de petits fours qui sont des compositions fines de petites tailles, salées ou sucrées.

Les petits fours sont agrémentés de matières diverses : coco, fruits confits, fruits secs, chocolat, fruités, épices, miel…

C’est une pâtisserie riche en couleurs vives et en détails pour mieux ressortir et affirmer les symboles qui lui sont chers. Parmi les plus réputés, on peut citer : gâteaux fourrés aux dattes, Djouza au caramel, Trèfles aux amandes, croissants sablés aux noisettes café, Tcharek aux figues séchées, biscuits à la confiture, gâteaux secs algériens à l’anis, petits fours au fromage.

Pour un service optimal, le client aura besoin d’un guide pour trouver un bon restaurant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *