Le renouveau du vélo en ville

Depuis une dizaine d’années, les pouvoirs publics se sont penchés sur la question de la circulation face aux problèmes de transports, à la pollution, à l’augmentation du prix de l’essence, tout en flirtant avec la tendance écologique. Le vélo est devenu un réel outil d’agrément en ville depuis sept ans désormais. C’est Paris qui a véritablement lancé le renouveau du vélo en tant que déplacement urbain avec la mise en place du système « VELIB’ » en 2007.

1. Un phénomène mondial

Car avant tout, ce phénomène de transport écologique est avant tout mondial. L’Europe est le précurseur de ce mouvement, puisque c’est au Danemark qu’il est né : le premier système de location de vélo en ville a vu le jour en 1991 avec le Fonden Bycyklen. Puis, c’est durant les années 2000 que ce système s’est répandu dans les autres pays européens, surtout dans la tranche 2007-2011. Aux Etats-Unis, ce phénomène est plutôt limité puisque seules Boston et Washington proposent des vélos en libre-service.

2. Une pratique de plus en plus prisée

Le vélo de ville est un type de véhicule terrestre relativement cher, et son utilisation est relativement limitée si l’on doit parcourir quelques kilomètres. En revanche, le système de vélos en libre-service est une alternative peu coûteuse, écologique et pratique pour le loisir. Ainsi, une quarantaine de villes en France ont développé ce système entre 1998 et 2013. Aussi, cette tendance a littéralement boosté les ventes du vélo personnel : en l’année 2012, les français en ont acheté plus de 3,3 millions (contre 3,2?millions en 2011 et contre 3,03?millions en 2010). La France se situe à la 3e place des pays européens les plus acheteurs de vélo, derrière l’Allemagne et l’Anglettere. Pourtant, malgré l’augmentation des ventes, le marché du vélo est en crise et seul le vélo urbain tire le marché. Les VTT qui avait fortement progressé ces dernières années n’est plus maintenu que par l’essor récent du vélo 29 pouces.

3. L’impact de ce nouveau mode de transport

Ce nouveau mode de transport a bien entendu un impact sur l’utilisation du vélo personnel. Les premiers résultats d’une enquête réalisée à la demande du Club des villes et territoires cyclables et de la Coordination interministérielle pour le développement de l’usage du vélo, montrent l’évidence : « Avoir son vélo personnel renforce l’utilisation, et une utilisation plus fréquente, du vélo ». Ainsi, 70 % des personnes interrogées qui possèdent un vélo l’ont utilisé au cours des 12 derniers mois, dont 17 % au moins quelques jours par semaine. Tombé en désuétude au sein des villes pendant de nombreuses années au bénéfice des voitures, des motos mais aussi des bus, des taxis et des métros, le vélo redevient à la mode. L’autre impact, c’est aussi la sécurité puisque l’utilisation massive de ce mode de transport limite les accidents mortels ; en France, la Sécurité Routière encourage le développement de ce système dans les autres villes qui en sont dépourvues.

D’autres données sur le marché du vélo sont accessibles dans cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *